🍪 Nous utilisons des cookies pour personnaliser votre expérience sur ce site

Gérer les cookies enregistrés :

En plus des cookies nécessaires au bon fonctionnement du site, vous pouvez sélectionner les types de cookies.


Allô, j'écoute !


Dans nos vies hyperactives où nous devons être partout à la fois et absorber des milliers d'informations à la minute, 
il est très difficile de développer une véritable qualité d'écoute. Pourtant...
Une bonne écoute est ce qui permet à chacun de s'exprimer pleinement et sincèrement. Si je me sens écouté et compris, je m'autorise à dire et faire ce que je pense vraiment sans peur d'être jugé ou d'être stoppé dans mon élan. Une bonne écoute, c'est LA base d'une communication réussie. Et plus je me sens écouté et considéré et plus ça me donne envie de m'impliquer avec les autres.

Alors, au boulot 😁 !

Nos réflexes d'écoute

Nous avons tous développé, au fil de notre histoire de vie et de nos expériences, des réflexes d’écoute. Il s'agit de notre façon spontanée et inconsciente d'écouter et de faire attention aux autres. Mais aussi à nous-mêmes !
Comme toutes nos autres habitudes, les réflexes d'écoute se prennent sans que nous nous en rendions vraiment compte. 

Si vous en êtes d’accord, plongeons ensemble dans votre monde de l’écoute pour : 
  • vous aider à repérer là où vous en êtes actuellement ;
  • faire évoluer vos réflexes si vous estimez cela nécessaire.

C'est quoi, pour vous "ECOUTER" ?

  • Vous rappelez-vous la dernière fois où vous avez été surpris, absorbé, bouleversé en écoutant quelqu’un parler ?
  • Dans ces souvenirs, qu’est-ce qui a réveillé votre écoute et captivé votre attention ?
  • Qu'est-ce qui vous empêche de toujours « bien » écouter  et même qui vous pousse parfois à arrêter d’écouter quelqu'un ou vous-même ?
Selon le psychologue américain ELIAS PORTER, nous développons tous 6 attitudes d'écoute que nous utilisons plus ou moins spontanément ou que nous adaptons à notre interlocuteur en pensant qu'il s'agit de la bonne réponse à lui apporter.  

Et pourtant, même lorsque vous pensez bien faire en adaptant votre réponse à la personne en face de vous, maîtrisez-vous vraiment l'effet que cela produit sur elle ? Êtes-vous certains de ne pas "penser à la place de" la personne en face de vous ? Êtes-vous convaincus qu'il s'agit toujours de la meilleure réponse à lui apporter ?
* cliquez sur cette vignette pour l'agrandir

Entraînement flash : 

Un enfant vous dit  : "Pourquoi lui il a le droit d'y aller et pas moi ?"
- Parce qu'il est plus grand.
- Vivement que je sois grand comme lui comme ça moi aussi je pourrai aller avec mes copains quand je veux au lieu de rester là ! "

Quelles sont les réponses possibles que vous pouvez faire à cet enfant ?
Essayez de vous-même ressentir les effets produits par chacune de vos réponses.

  • Mais tu as bien le temps d'y aller ! = Évaluation, jugement
  • Pourquoi ? ça ne te plaît pas ce qu'on fait ici ? = Interprétation
  • Tu sais, c'est pareil pour tous les enfants de ton âge ! = Soutien, aide
  • Et qu'est-ce que tu ferais de beau si tu pouvais y aller ? = Investigation, enquête
  • Demande une autorisation écrite à tes parents pour aller avec eux la prochaine fois.  = Suggestion - conseil
  • Je te comprends, c'est dur de voir les plus grands aller où ils veulent et d'être obligé de rester ici. = Compréhension

Dis, tu m'écoutes ?!

Par quoi passerait alors une écoute pleine d'empathie et de compréhension ? Une écoute qui se retiendrait de penser à la place de l'autre ? Une écoute qui laisserait à l'autre la possibilité d'interpréter lui-même ses propres comportements, de produire lui-même ses propres réponses et de faire lui-même ses propres choix ?

C'est ce sur quoi a travaillé cet autre psychologue américain, CARL ROGERS : l'"ECOUTE ACTIVE". 

Il s'agit d'une technique d’accompagnement et de communication qui se fonde sur 2 attitudes fondamentales : la non-directivité et l'empathie et qui vise à mieux comprendre l’Autre.

L'écoute active permet d'obtenir de l'information, de connaître les mécanismes de la personnalité de l'interlocuteur, de maîtriser et conduire un entretien.
Elle accompagne l’expression des émotions en utilisant le questionnement et la reformulation.
Ces techniques s'apprennent et chaque nouvel entraînement vous permettra d'acquérir de nouveaux automatismes et de faire évoluer vos réflexes d'écoute vers plus d'empathie et de bienveillance.

3 pratiques à connaître et à maîtriser

Chuuuut  🤫

Vous connaissez cette expression "le silence est d'or" ?
En effet savoir se taire est une grande habileté sociale car cela permet de : 
  • prendre le temps d'accueillir et de comprendre ce que notre interlocuteur nous livre
  • donner un temps à notre interlocuteur pour se connecter à lui-même et élaborer sa réflexion.
Le silence est l'art de se donner de la place pour que puisse s'exprimer le meilleur de soi-même. 🧘‍♀️

Et pourtant, le silence peut faire peur ou provoquer un malaise. 
On se retrouve tout à coup face à soi-même, livré à son propre chaos intérieur, ses doutes, ses inquiétudes.
"Pourquoi il ne répond pas ? Qu'est-ce que je dois faire ? J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ?" 😨
Certains ont, d'ailleurs, ce réflexe de chercher à combler le silence à tout prix... Et vous ?

Alors comment explorer et apprivoiser le silence pour en faire un véritable allié dans une communication de qualité ?
Petit exercice 1 : avant de prendre la parole, poussez sur votre expiration.
Petit exercice 2 : comptez jusqu'à 3 dans votre tête avant de reprendre la parole.
Petit exercice 3 : essayez de ne pas rompre le silence après avoir posé une question pour voir ce qu'il se passe.

Message Reçu  👌

Vous est-il déjà arrivé d'avoir la sensation de parler dans le vide ou de vous adresser à une porte ?

Sans doute parce qu'après avoir pris la parole, vous n'avez obtenu, en retour, aucun signal attestant que votre message a bien été reçu...

L'accusé de réception, c'est ce que l'on émet, un mot, un geste ou encore une expression de visage pour signifier à quelqu'un que l'on a bien eu l'information qu'il cherchait à nous transmettre. Vous savez : un hochement de tête, une onomatopée (Ah ?), un regard attentif, un clin d'œil, un sourire, une grimace...

Un message reçu est un message que l'on est capable de répéter. C'est pour cela que nous avons tendance à prononcer cette phrase pour vérifier : "Qu'est-ce que je viens de te dire ?"

Mais pas uniquement ! Un message "bien" reçu est aussi un message dont on s'est donné la peine de bien comprendre le sens, par une reformulation de vérification, par exemple : "C'est bien ça que vous avez voulu me dire ?"

Et c'est aussi un message que l'on est capable d'accueillir de façon inconditionnelle : "Même si je ne suis pas d'accord avec vous, je sais que cette parole vous appartient, que c'est votre point de vue et je l'accepte comme telle".

Pour un échange clair et sans ambiguïtés, il est donc nécessaire de s'assurer non seulement que l'on a compris son interlocuteur et aussi que l'on est compris par lui. Cette précaution est particulièrement importante lorsque les enjeux sont de taille.
Petit exercice 1 : reformulez, répétez les propos de votre interlocuteur avec le sens que vous y mettez.
Petit exercice 2 : questionnez votre interlocuteur pour vérifier sa compréhension en lui demandant, par exemple, de résumer ce que vous venez de dire.

Hop !  ⚾

Vous faites face à une personne timide, gênée réfractaire ou encore qui pense vous avoir "tout dit" : pas question de lui forcer la main si elle ne souhaite pas ou plus s'exprimer !
Toutefois, ne lâchez pas l'affaire tout de suite et tentez de relancer la conversation car certaines personnes ont d'abord besoin d'encouragements et de se sentir suffisamment en confiance pour livrer un peu plus d'elles-mêmes. 
Comme relance, vous pouvez, par exemple, lui offrir :
  • une invitation à développer ou à préciser son propos : "Vous pouvez m'en dire plus ?"
  • une ouverture vers un sujet connexe à la discussion : "Lorsque je vous entends, je pense à cette autre question"
  • un recentrage sur le sujet initial si la conversation s'est trop éloignée : "Et donc, vous me disiez tout à l'heure que..."
  • une résonnance personnelle pour partager de l'intime : "Quand vous me dites ça, ça me renvoie à / ça me rappelle..."
  • une reformulation verbale d'un message non verbal : "Votre attitude semble me dire que..."
  • une répétition de la dernière phrase prononcée par votre interlocuteur sous forme interrogative : "Ils n'ont pas répondu ?"
  • la répétition accentuée d'un mot ou d'une partie de la phrase : "Jamais."
Petit exercice : tentez de faire durer un échange le plus longtemps possible (sans pour autant abuser de la disponibilité de votre interlocuteur, bien sûr !) dans différentes situations : avec un inconnu, au téléphone, ...
Le sujet de l'"écoute" vous intéresse 
et vous avez envie de poursuivre votre exploration personnelle ? 
Le Carnet D'expériences Est Fait Pour Vous.
A Venir

"A votre Ecoute" 
Carnet d'expériences Volume 1

Image4
plug&
Ce 1er carnet d’expériences vous propose :
  • d’identifier vos propres mécanismes d’écoute, votre façon de vous rendre disponible à l’autre et de l’accueillir dans votre monde,
  • de mieux comprendre vos réactions dans certaines situations et votre engagement dans la relation,
  • d'expérimenter de nouvelles façons d'être à l'écoute ou de rentrer en relation.
* Point actu - Août 2021 : ce carnet est, actuellement, en cours de relecture...
Envie D'en savoir plus ?
A suivre : 
Techniques d'entretien
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires